4 raisons d’aller voir le film La fièvre des particules

Paul Hubert des Mesnards

Paul Hubert des Mesnards, Professeur chargé de cours en créativité à l’Ecole Centrale Paris

Quatre raisons d’aller voir le film « La fièvre des particules » : un documentaire passionnant, un travail d’équipe à l’échelle du monde, une vision élevée sans intérêt commercial, le temps long…

Une proposition d’allégorie pour la réforme de l’Etat : le travail scientifique collaboratif avec sa leçon d’humilité, de courage et de pragmatisme !

Un documentaire passionnant

D’abord, c’est un très bon documentaire sur la traque du boson de Higgs au CERN. A travers les témoignages vivants de six chercheurs, il relate les péripéties de l’expérience qui a permis de prouver l’existence de cette particule élémentaire, qui avait été prédite dans les années 60 par Peter Higgs et deux autres savants. C’était l’élément manquant pour consolider le « modèle standard » qui décrit le monde de l’infiniment petit.

Un travail d’équipe à l’échelle du monde

Ensuite, c’est un extraordinaire exemple de collaboration autour d’un but commun : au moins 10 000 personnes ont contribué, pendant presque 20 ans, à la construction du dispositif, et l’expérience relatée a mobilisé 3 000 chercheurs et techniciens, de nombreuses nationalités, y compris venant de pays en conflit : Indiens et Pakistanais, Israéliens et Palestiniens. Le mythe du chercheur solitaire a vécu.

Une vision élevée sans intérêt commercial

Ajoutons que le but est purement gratuit, sans aucun intérêt commercial : tout simplement faire progresser la connaissance pour l’humanité. Aucune retombée immédiate, mais un but tellement élevé qu’il a inspiré cette réflexion d’un chercheur : « La recherche, c’est aller d’échec en échec avec joie ».

Le temps long

Enfin, il faut noter l’échelle de temps : plus de 50 ans entre la prédiction et la détection, presque 20 ans de travaux, 2 ans pour réaliser l’expérience (mais il est vrai qu’un incident – un court-circuit- a causé un important retard), des mois pour analyser les données. La dictature du court terme ne s’applique pas ici !

Humilité, courage et pragmatisme, pour un but élevé, avec une vision à long terme dans le cadre d’une collaboration massive : n’est-ce pas ce dont la Fonction Publique a besoin ? N’est-ce pas l’essentiel de ce que porte le Service Public ?

 

Publicités


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s